mardi 30 septembre 2014

J'habiterai la nuit




J’HABITERAI LA NUIT

Olivia Duchesne

Théâtre

Publié avec le soutien de la province Sud


Dépôt légal: octobre 2014
Nombre de pages : 56
Format : H 23 x L 12 cm
Prix : 12 euros / 1 500 francs CFP
Photographie de couverture : Laurent Rossini
Dos : Éric Dell’Erba
ISBN : 979-10-92894-00-4
Diffusion distribution : Book’ In
Commande en ligne : www.pacific-bookin.com

Nesta est veilleur de nuit à l'entrée du théâtre, un de ces vigiles devant lesquels les spectateurs passent sans y prêter attention. Un soir, des bribes de L'Odyssée le renvoient à ses propres errances. Dans un souffle, il livre ses blessures et ses craintes, celles qui l’habitent quand il arpente la nuit. 

Tel Ulysse, lui aussi a voyagé. Trop. Longtemps. 

La voix de l’acteur en scène — son double ? — l’oblige à s’interroger devant le miroir qu’on lui tend.
De fêlures en arrachements, Nesta comme au bord du néant lutte contre les fantômes qui hantent son théâtre intérieur : une femme adultère, sa mère assassinée, les douleurs de l’enfance… Lui aussi n’est plus qu’un étranger pour les siens.

Comédienne, metteur en scène et dramaturge, Olivia Duchesne est depuis 2010 l’auteure de quatre pièces créées au théâtre de l'Île, à Nouméa. Ce singulier monologue est son premier texte publié, avec le soutien de la province Sud. 

Une première version de J'habiterai la nuit a été créée au Théâtre de l’Île, à Nouméa, le 31 mars 2011, dans une mise en scène d’Alexis Fichet, avec le comédien Wakeu Fogaing dans le rôle de Nesta. La pièce a fait l’objet de quatorze représentations depuis sa création, dont six au théâtre de l’Île, entre le 31 mars et le 3 avril.


L’auteure


Olivia Duchesne

 
Olivia Duchesne.
Cliché Laurent Rossini.

Comédienne, metteur en scène et dramaturge, Olivia Duchesne est l’auteure de quatre pièces créées au théâtre de l'Île, à Nouméa : Sauve-toi Pinocchio ! en 2009, J’habiterai la nuit, en 2011, Retour de flamme, en 2013, et une pièce pour la jeunesse : Eulalie, la fille au nid d’abeilles dans les cheveux, en 2014. Elle joue fréquemment dans les spectacles qu'elle met en scène à l’exemple de Si ce n'est toi, d’Edward Bond, et Kiwi, de Daniel Danis.

Née à Nouméa en 1979, Olivia Duchesne découvre la pratique théâtrale lors de ses études de lettres à l'université de la Nouvelle-Calédonie. Elle poursuit son cursus à Aix-en-Provence, en maîtrise, puis en DEA. Parallèlement, elle rejoint la compagnie Le Bruit des hommes, à La Garde (Var), puis intègre le Conservatoire national de Marseille où, avec trois élèves de sa promotion, elle monte L'Amour de Phèdre, de Sarah Kane. Elle persiste avec Rouge, Noir et Ignorant d’Edward Bond, au centre culturel de la Busserine. En 2009, elle rentre en Nouvelle-Calédonie afin d’y développer, avec Laurent Rossini, la compagnie Cris pour habiter Exils.
En 2010, elle coorganise des lectures de Franz Kafka, d’Albert Camus et de Rodrigo Garcia au théâtre de l’Île (TDI), ainsi que d’auteurs locaux à la maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie.
En septembre, elle met en scène, au TDI, son premier texte : Sauve-toi Pinocchio ! Elle y interprète la narratrice, Bleue, la fée. En novembre 2009, elle incarne Kiwi, dans la pièce éponyme de Daniel Danis, qui sera présentée au TDI, puis au Wan Smolbag Theatre de Port-Vila, à Vanuatu, en avril 2011, et au centre culturel du Mont-Dore, en 2012, dans le cadre de son festival culturel.
En juillet 2011, elle devient l’Eileen Shakespeare de Fabrice Melquiot dans une mise en scène de Laurent Rossini, au TDI, puis au centre culturel du Mont-Dore, l’année suivante.
Elle poursuit le cycle de lectures, avec Henri Michaux : Cas de spontanéité magique qu’elle met en espace en 2011 au TDI. Deux lectures déambulatoires, « La légende du feu » et « La légende de la hache », tirée des Nouveaux Contes de Poindi de Jean Mariotti, sont présentées dans les allées de la bibliothèque Bernheim, l’une en 2011 et l’autre en 2013. Soudain, le dérèglement, « tentative poético plastique sur le coup de foudre », est proposé en lecture au théâtre de Poche, fin 2011.
En 2011, le théâtre de Folle Pensée l’invite à poursuivre une résidence d’écriture à Saint-Brieuc, en Bretagne, pour y parfaire J’habiterai la nuit, initié dans le cadre d’un atelier mené par Roland Fichet, à Nouméa, en 2009. Une seconde résidence à l’Institut de Mémoires des Éditions Contemporaines, en Normandie, lui permet de commencer l’écriture de Retour de flamme.
En 2012, elle participe en tant que comédienne au festival Écrits d’ici, organisé par le théâtre de l’Île, dans une lecture de J’aurai ma place au soleil de Waej Genin-Juni, un des textes du spectacle Métiers de nuit, réunissant des auteurs locaux mis en espace par Yves Borrini et Maryse Courbet.
Retour de flamme, la nouvelle pièce qu’elle crée et dirige, est présentée au théâtre de l’Île, en mars 2013. Elle y incarne une émouvante mémé Anita.
La même année, en juin, elle met en scène, avec Laurent Rossini, D’où ? comédie géographique, de Roland Fichet, dans le cadre du Passeport culturel, au TDI.
À l’occasion, elle donne également la réplique dans quelques courts-métrages comme Pas de problème, en hommage à Miou Miou pour le festival du film de La Foa 2011, interprète la mort dans un film de Roland Rossero, La Liste, en 2012, ou prête sa voix à Manuel Touraille pour La Femme océan, dans lequel elle lit des passages de L’Homme atlantique et de Hiroshima mon amour, de Marguerite Duras.
En 2014, elle écrit Eulalie, la fille au nid d’abeilles dans les cheveux pour le jeune public au TDI, lecture-spectacle dirigée par Laurent Rossini dont la reprise est prévue en octobre 2015, et participe au festival off d’Avignon avec Eileen Shakespeare, sous la direction de Laurent Rossini. Seule sur la scène de l’espace Roseau, du 7 au 27 juillet, elle incarne avec une intensité nouvelle la sœur que l’auteur, Fabrice Melquiot, à l’instar de Virginia Woolf, invente à William Shakespeare.
Fin 2014, elle interprète Philomène dans La Scaphandrière de Daniel Danis, au centre culturel Tjibaou, mis en scène par Laurent Rossini (reprise en 2015).
Parallèlement à son travail d’écriture, d’interprétation et de mise en scène, Olivia Duchesne mène de nombreux ateliers de théâtre destinés à la jeunesse, de l’école primaire à l’université, et organise régulièrement des lectures au théâtre de l'Île, dans les jardins de la maison du Livre ou à la médiathèque de Rivière-Salée. Elle est ainsi devenue, en quelques années, l'un des auteurs et metteurs en scène qui comptent, ouvrant ainsi de nouveaux horizons au théâtre de Nouvelle-Calédonie.

L'ouvrage

Portrait de nuit

J’habiterai la nuit est un texte singulier, né de la rencontre entre l’auteure, Olivia Duchesne, et Roland Fichet, directeur du théâtre de Folle Pensée, dans le cadre du projet « Portraits avec paysage », mené en collaboration avec le théâtre de l’Île, à partir de 2009.

Le théâtre de Folle Pensée, dirigé par Roland Fichet, est une compagnie professionnelle installée à Saint-Brieuc, dans les Côtes-d'Armor, en Bretagne. C’est aussi un lieu de création et d’écriture où se rejoignent des auteurs, des acteurs, des metteurs en scène, des artistes et autres acteurs de la culture. De nombreux projets y ont vu le jour grâce aux dispositifs d’écriture et de création imaginés par Roland Fichet, impliquant à chaque opération de vingt à cinquante artistes suivant les époques, les formes théâtrales et les moyens obtenus, et ceci en Bretagne, en France et dans quinze autres pays.
Le processus établi pour ce vaste projet que composent ces « Portraits avec paysage » implique le choix par un auteur d’une personne « source ». Les contraintes sont de choisir un individu inconnu de l’auteur, d’établir un protocole de rencontre, avant d’entrer en relation avec lui une fois ce protocole validé par Folle Pensée. De la rencontre doit jaillir un texte fictionnel, inspiré de leurs échanges. Une fois écrite, cette première version du texte est mise à l’épreuve au cours d’un atelier critique. Une nouvelle version du texte est produite par l’auteur, puis mise en voix et en espace. À l’issue de lectures publiques, l’auteur retouche son texte qui peut enfin être créé sur scène dans une forme aboutie.

En juin 2009, Roland Fichet est invité à Nouméa pour y conduire un atelier d’écriture de deux semaines. Il est renouvelé en janvier 2010, permettant à quelques auteurs locaux d’intégrer la démarche des « Portraits avec paysage ».

« La promesse initiale, explique Olivia Duchesne, était de faire le portrait d'une personne que je ne connaissais pas, à qui je n'avais jamais adressé la parole. Cette promesse en entraînait une autre : rencontrer quelqu'un. Mon choix s’est porté sur un vigile du théâtre. Vigile, du latin vigil, « éveillé ». Je les remarque, surtout au théâtre de l'Île, où ils sont sur le bord du chemin, dans le parking et en bas des escaliers de l'entrée. Presque invisibles et toujours « au bord de », à la porte. Ils veillent, tentent de veiller sur les spectateurs, leurs voitures, le bâtiment... Je pense à eux, « au seuil de », tandis que nous, spectateurs, sommes tous à regarder dans la même direction. Et leur présence signifie aussi : danger possible. »

De la rencontre de L. I. naît un premier monologue librement inspiré de leurs échanges. « Dans mon protocole, j’avais prévu de le rencontrer deux fois, mais je ne l’ai vu qu’une fois, parce qu’il était introuvable ensuite », raconte Olivia Duchesne.

Un an plus tard, du 17 au 31 janvier, la jeune dramaturge est accueillie en résidence d’écriture au théâtre de Folle Pensée, à Saint-Brieuc. Le 31 janvier 2011 a lieu la première lecture publique d’extraits de J’habiterai la nuit au carré Rosengart.

Une première période de répétitions a lieu du 28 février au 12 mars 2011, à La Passerelle, scène nationale de Saint-Brieuc. Elle se poursuit du 14 au 30 mars 2011 au théâtre de l’Île, à Nouméa.
Une première version de J'habiterai la nuit y est présentée au public le 31 mars 2011, dans une mise en scène d’Alexis Fichet, avec le comédien Wakeu Fogaing dans le rôle de Nesta. La pièce a fait l’objet de quatorze représentations depuis sa création, dont six au théâtre de l’Île, entre le 31 mars et le 3 avril.

Elle est reprise au festival « Jours de théâtre à Conakry », les 5 et 7 mai 2011, au centre culturel franco-guinéen de Conakry, en République de Guinée. Du 6 au 8 octobre 2011, elle est présentée à La Manufacture, centre dramatique national de Nancy, puis, du 26 au 28 janvier 2012, à La Passerelle, scène nationale de Saint-Brieuc.

En 2013, les éditions Madrépores reçoivent l’aide à l’édition de la province Sud pour le projet de publication de J’habiterai la nuit. À cette occasion, l’auteure achève une nouvelle version du texte, celle qui vous est présentée dans cet ouvrage, sa première pièce publiée.


Pour en savoir plus

http://www.compagniecris.com/article-accueil--actualite.html 

http://www.follepensee.com/nuage/lama/jhabiterai/index.php

http://www.theatredelile.nc/le-theatre/archives/saison-2011/j-habiterai-la-nuit

Aucun commentaire: