dimanche 27 septembre 2015

L'Agenda






L’AGENDA


Déwé Gorodé

Recueil de nouvelles

Dépôt légal: octobre 2015
Nombre de pages : 124
Format : H 20 x L 13 cm
Prix : 15 euros / 1 800 francs CFP
Photographie de couverture : une libellule rouge (Diplacodes haematodes),
photographiée par Nicolas Petit, 2008.
ISBN : 979-10-92894-028
Diffusion distribution : Book’ In
Commande en ligne : www.pacific-bookin.com


À l’occasion du Silo 2015, les éditions Madrépores rééditent les deux premiers recueils de nouvelles de Déwé Gorodé qui avaient fait l’objet d’une première édition par l’association culturelle Édipop et les éditions Grain de Sable.
L’Agenda est le deuxième recueil de nouvelles de Déwé Gorodé, paru en 1996 : il est aujourd’hui réédité avec deux textes inédits : « La Robe de mariée » et « La Libellule rouge », qui surgissent comme de nouveaux échos aux textes préexistants.

Ancrées dans un questionnement sur l’origine, la descendance, le lien à la terre face aux aspirations contemporaines, ces nouvelles témoignent d’un certain rapport au monde, transmis de génération en génération…


Douze nouvelles à découvrir

La case
Une dame dans la nuit
Où vas-tu Mûû ?
Affaire classée
Le passeur
Rencontres
J’use du temps
Benjie, mon frère
La robe de mariée (inédite)
L’agenda de Lida
La libellule rouge (inédite)

Extrait de la nouvelle « La case », in L’Agenda

« La case de grand-père est sans doute l’une des images les plus limpides qui me restent de mon enfance. En ma mémoire, cette image est toujours aussi lumineuse qu’une matinée ensoleillée de Kanaky, près de la mer. Elle a laissé en moi une impression de clarté et d’immensité. Elle paraissait si grande, alors, à la fillette que j’étais. Si bien qu’aujourd’hui, je me souviens d’elle quand j’essaie de compter les étoiles au clair de lune ou de situer la ligne d’horizon séparant, là-bas, le ciel azuré du bleu Pacifique. Et la grande case me renvoie l’image d’une minuscule fourmi face au monde, à l’univers.
Elle était là, ronde, immense matrone perchée sur une petite butte entourée de grosses pierres bâties, au bout de l’allée bordée de hauts cocotiers. Une ancienne allée de pins colonnaires, plus large, s’étalait là, derrière celle des cocotiers, autre trace vivante des ancêtres qui vécurent ici autrefois. »

Pour en savoir plus

À lire, l’analyse d’Éric Fougère dans son article : « L'Écho de Narcisse, ou les voix du miroir: La nouvelle en Nouvelle-Calédonie » http://www.ingentaconnect.com

L'Auteure 

Déwé Gorodé 


Sa biographie
Sa bibliographie
 

Aucun commentaire: