jeudi 27 août 2009

L'Hom Wazo




















L'Hom Wazo

Dora Wadrawane


Roman

Prix Michel Lagneau 2009

Dépôt légal : septembre 2009
Format: 13 x 20 cm
Nombre de pages: 94
Maquette: Passion Graphique pour les éditions Madrépores
ISBN : 978-2-9525502-6-0
Prix public : 16 euros / 1 900 francs CFP
Commande en ligne:
http://www.pacific-bookin.com/


Un premier roman envoûtant, empreint de magie et de fantastique


Patou, une jeune femme kanak qui vit dans sa famille, à Maré, apprend que le jeune homme qu’elle fréquente en grand secret est mort brutalement à Nouméa. Cachant sa peine, elle est bientôt prise d’étranges sensations, se sent épiée, suivie. Chaque nuit ses rêves la transportent dans un autre monde et se transforment bien vite en cauchemars. Elle y est poursuivie par un ennemi qu’elle ne peut identifier.

Afin de percer le mystère de cette force inconnue qui semble insidieusement transformer ses nuits et sa vie, elle consulte une vieille guérisseuse qui lui conseille un remède qu’elle se résout à prendre afin d’y voir plus clair.

Mais chaque jour, les signes se font plus précis. Ses questions restent pourtant sans réponse : elle se sent aux prises avec une réalité parallèle. Chaque nuit, Patou devient Manouké, une jeune guerrière conquérante, héritière de la force de son clan, qui n’aspire pourtant qu’à la paix.
Bientôt, elle succombe aux attraits d’un homme-oiseau au regard envoûtant, capable de la transporter dans les airs.

C’est un jeune guerrier du monde des anciens, qui se métamorphose en volatile, dès la nuit tombée. Il veut l’entraîner avec lui dans l’autre monde et s’il y parvient, elle en mourra.
.
.
L'auteure
.





Dora Wadrawane, née le 18 octobre 1984, à Nouméa, est originaire de la tribu de Padawa, au nord-est de l’île de Maré, dans l’archipel des Loyauté. Elle grandit à Nouméa, mais passe l’essentiel de son adolescence à Lifou. Après quelques années au collège Havila, de Wé, elle intègre, à 16 ans, le lycée Lapérouse, à Nouméa, où elle obtient, en 2000, un baccalauréat ES (sciences économiques et sociales). Elle s’inscrit en licence de langues et cultures régionales à l’Université de la Nouvelle-Calédonie et se passionne pour le cours de littérature orale.

Sa licence en poche, elle s’envole pour Rennes (Ille-et-Vilaine), où elle poursuit ses études en licence et master d’anthropologie, jusqu’en 2008.

L’éloignement et la nostalgie du pays la poussent à écrire L’Hom Wazo, un roman qui souligne, selon elle, «.le rôle du boucan, dans la manière kanak d’appréhender le monde ». À travers ce récit, elle souhaite mettre en exergue la façon de penser des jeunes îliens : « Je voulais que, dans cette histoire, les jeunes de chez moi puissent se reconnaître ! », dit-elle.

Dora Wadrawane puise volontiers son inspiration dans les croyances populaires kanak et les histoires traditionnelles qu’elle aimait écouter lorsqu’elle était enfant.

En 2008, son père l’incite à participer à la deuxième édition du prix Michel Lagneau : elle se décide à proposer le manuscrit de L’Hom Wazo qui retiendra l’attention du jury.

Le prix lui est remis le 14 avril 2009, à la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie. En septembre 2009, elle est invitée au Salon international du Livre océanien, à Poindimié, pour y présenter son premier ouvrage publié.

Jusqu'en août 2009, Dora Wadrawane enseignait le français au collège de Koutio (Dumbéa), en section Segpa. Elle travaille désormais sur la langue nengone (langue de Maré, son île d'origine), auprès de l'Académie des langues kanak (ALK), à Nouméa.

.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Originaire des îles loyautés j'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce roman. Beaucoup de points de repères, agréable à retrouver dans une oeuvre littéraire. C'est pas souvent, c'est dommage.mais ça viendra. Je l'espère... :D